Le monde de Tim Chiesa est remplit de créatures au couleurs chatoyantes, un joli mélange de ces influences artistiques Americaines et japonaises. L’artiste a travers son projet Always sunny in lh propose de jolis visuels ou la ville du Havre (ou il fait toujours très beau !) est attaquée par des gentils monstres.

Bonjour Tim, peux-tu te présenter ?

Je suis Timothée Chiesa Bravo, illustrateur free lance et gribouilleur de bestioles et mondes en tout genres !

Qu’est ce qui t’a amené au dessin ?

Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours dessiné ! Le dessin a toujours fait partie de ma vie, mais ce n’est qu’après mes études que je me suis lancé professionnellement.

Quel est a été ton parcours d’apprentissage ?

Après un Bac L, je suis passé par une licence d’Anglais… Rien à voir avec le dessin, donc ! J’ai appris l’essentiel de ce que je sais en autodidacte, en étudiant les bases, via des bouquins, ou en me mettant au contact de professionnels du milieu. Et bien sûr, avec énormément de pratique.

Quels étaient les artistes qui t’ont inspiré quels sont ceux qui t’inspirent aujourd’hui ?

Ma première source d’inspiration a été la BD : Spirou, le Marsupilami, Gotlib… Des classiques qui m’ont vraiment donné le goût du dessin. Et puis il y a eu toute une vague d’inspiration venant des films d’animation : Ghibli, Pixar, Disney, Dreamworks…

Des concept-artists comme Bobby Chiu, comic-artists comme Mike Mignola, ou encore Chris Sanders (Lilo&Stitch, How to Train your Dragon, the Croods…) dont l’inspiration est je pense clairement visible dans ma façon de dessiner les animaux.

Chris Sanders

Quel a été le déclic pour prendre cette voie professionnelle ?

À la base, je pensais devenir traducteur.

Puis, à force d’entendre qu’être traducteur demandait avant tout de savoir prospecter, trouver des contrats, se construire un carnet de clients et vendre au mieux ses services, je me suis dit que quitte à devoir suivre ce processus, autant le faire pour quelque chose qui me passionne vraiment. C’est donc après avoir obtenu ma licence que j’ai décidé de tenter le coup en free lance !

Y a t-il eu des étapes importantes dans ta carrière ?

Il y a eu cette période pendant mes études où j’ai été invité par une jeune maison d’édition (Makaka éditions) à inventer une petite histoire par mois, sous forme de BD en deux-trois planches, publiée sur leur site (30 Jours de BD, aujourd’hui disparu). Ça a été un vrai moteur pour faire travailler activement mon imagination, devoir mettre en forme mes idées, les mettre en scène, designer des personnages, et apprendre à me renouveler.


Un peu plus tard, il y a eu aussi la publication d’un album de BD, et toutes les aventures qui en ont découlé : promotion, salons, festivals, rencontres avec les lecteurs, interventions scolaires, une ribambelles de bonnes expériences et de rencontres intéressantes qui ont élargi mon champ de vision sur la profession.


Entre 2016 et 2017, j’ai eu l’occasion de travailler sur des projets graphiques au sein d’une équipe pour une compagnie de téléphonie, et là aussi, ça a été une nouvelle façon d’aborder le travail en collaboration, et me creuser la tête continuellement pour mettre des images claires et parlantes sur des concepts abstraits. Toutes ces expériences sont très différentes les unes des autres, mais contribuent aussi à rendre le parcours riche et diversifié !

Quelle est ta méthode de travail ?

La majeure partie du temps, le travail commence avec un papier et un crayon. Quand j’entame un projet, je fais tout un travail de recherches et un paquet de petits croquis sur papier, jusqu’à ce que je tombe sur un concept ou un dessin qui me plaît.
S’il y a de l’encrage à faire, je le fais aussi généralement sur papier.
Une fois scanné, je passe le dessin sous Photoshop pour réaliser les couleurs. Il m’arrive de travailler aussi la couleur sur papier, mais ayant commencé à utiliser les techniques digitales relativement tôt (il y a une quinzaine d’années), je suis très à l’aise avec Photoshop. 

Avec quel matériel travailles-tu ?

Un peu de tout ! Pour mes encrages, j’ai un feutre-pinceau de chez Tombow que j’utilise souvent, qui permet des pleins et des déliés très lisses et naturels, même si j’adore aussi travailler avec un simple stylo bille en grattant abondamment le papier. Pour les couleurs digitales, j’utilise une tablette Wacom (Cintiq 13HD) pour réaliser les couleurs.

J’ai commencé très tôt avec une tablette graphique format A5 qui m’a énormément servi avant de passer à la Cintiq, qui est grosso modo un écran sur lequel on peut dessiner et peindre.

Pour la couleur papier, il y a l’aquarelle d’abord, et depuis ces dernières années je me suis mis aux feutres à alcool (Copics, principalement).

As-tu déjà exposé tes dessins ?

J’ai eu l’occasion « d’exposer » mes dessins dans le cadre de salons, et il y a des dessins à moi exposés ici et là, mais jamais d’expo à proprement parler. Mais ça ne saurait tarder 😉 wink wink

As-tu déjà publié une BD ?
Oui ! « Jinroku », aux éditions Joker (aujourd’hui disparues). L’album, basé sur un scénario d’un enseignant nommé Nayel, racontait sous forme de gags les aventures d’un écolier qui lit tellement de mangas qu’il croit être un ninja, avec tout le folklore que cela implique : talents magiques, dextérité incroyable, messages codés de la part des professeurs.
Une super expérience, autant au niveau de la création de l’album en lui-même qu’au niveau de l’aspect promotionnel, et les rencontres qui en ont découlé.

Parle nous de ton projet Always sunny in LH

Il y a plus d’un an maintenant, j’ai décidé de mettre en avant toutes les créations qui me venaient en tête en rapport avec la ville du Havre, et les mettre à disposition sur différents supports (posters, vêtements, mugs et autres goodies).

Entre autres, une des idées qui me tenait à cœur était d’intégrer des dessins de créatures imaginaires sur des photos de lieux emblématiques du Havre, projet qui continue aujourd’hui, notamment en collaboration avec Les Photos du Seb.

Ma compagne – arrivée au Havre peu de temps avant – s’est vite jointe au projet pour gérer d’autres aspects que l’illustration. On a mis en place une boutique en ligne sur Etsy, et aujourd’hui on continue de trouver de nouvelles idées pour proposer des jolies choses aux gens du coin ou d’ailleurs !

Où peut-on voir ces dessins ?

Pour suivre nos nouveaux projets et voir les nouveaux photomontages, ça se passe sur instagram : https://www.instagram.com/alwayssunnyinlh ou sur facebook : https://www.facebook.com/alwayssunnyinlh 

Comment se procurer ces produits ?

La boutique Etsy se trouve ici : https://www.etsy.com/fr/shop/AlwaysSunnyInLH
Il n’y a pas encore de point de vente physique, mais ça pourrait arriver un jour ! (Pas pour l’instant par contre, pandémie oblige)

Quel est ton rapport avec la ville du Havre ?

Je suis né au Havre, j’ai grandi ici, ma famille et mes amis sont ici, et j’ai beaucoup d’affection pour cette ville pleine d’histoire et de charme ambigu. J’aime participer à la vie culturelle, et j’adore toutes les initiatives qui sont lancées à droite à gauche pour donner une couleur chaleureuse à cette ville souvent qualifiée à tort de grise et froide.

Ça doit se voir à mes innombrables dessins d’animaux marins, mais la mer en règle générale est une vraie source d’inspiration pour moi.

Quels sont tes projets à venir ?

À côté de mon activité de “free lancer” et du projet Always Sunny in LH, il y a d’autres concepts pour lesquels j’essaie de donner un peu plus de mon temps, et dont j’espère je pourrai parler plus en détail dans un futur proche. Notamment, je suis sur un projet impliquant les créatures coralliennes que je publie régulièrement sur mon profil instagram : https://www.instagram.com/timchiesa 

Que fais-tu depuis le début du confinement ?

J’ai eu la chance de pouvoir continuer de travailler depuis chez moi sur certains projets, mais, mis à part le dessin qui ne me lâche jamais, il y a eu pas mal de jeux-vidéos ces temps-ci (du Zelda, du Mario Kart, etc. On est très Nintendo à la maison).

Ça aide à se changer les idées en ces temps un peu monotones. À part ça, pour l’instant, ce fût aussi l’occasion de faire toutes les petites choses qui traînaient depuis longtemps sur la checklist !

Peux tu me présenter 3 artistes de la région Havraise tu apprécies ?

Il y en a pas mal qui me viennent en tête ! Mais s’il faut en choisir trois , sans hésitation il y a Teutis : ses visuels d’animaux aquatiques en formes géométriques éparpillés un peu partout au Havre me font rêver. C’est original, minutieux, lisse, et proche de la nature telle qu’elle est.
Ratur (que j’ai complètement oublié de mentionner au téléphone d’ailleurs, mais maintenant que j’y pense ça me paraît évident), parce que je suis complètement admiratif de sa maîtrise incroyable des formes, des couleurs, des ombres, et son souci du détail.

Entretien réalisé par Grégory Constantin Avril 2020

Aimez et aidez le boulevard des artistes en un coup de pouce 

ARTICLES CONCERNANT TIM CHIESA

EVENEMENTS  CONCERNANT TIM CHIESA