Déjà présent sur la scène du nouveau Magic Mirrors lors de son inauguration en Septembre dernier, Oceng Oryema sera de retour  le 14 février au 5 Quai Frissard le jour de la Saint Valentin à 20h30.  L’artiste présentera à cette occasion son nouvel Opus « Chemical Love » entouré de toute sa talentueuse équipe. 

5 places sont à gagner sur le BDA en cliquant ici

Bonjour Oceng peux-tu te présenter à nos lecteurs ? 
Je suis Oceng Oryema, chanteur auteur-compositeur ! 
Comment es-tu arrivé à la musique ? 
Jʼai démarré la musique par la batterie à 7 ans 
Tu a démarré par la batterie, pourquoi cet intérêt pour cet instrument ? 
Etant gosse je regardais souvent des concerts de Peter Gabriel et cʼétait Manu Katché à la batterie, je lʼimitais en installant des casseroles et des ustensiles de cuisine pour me faire une « batterie » 
Quel a été ton parcours d’apprentissage ?

Jʼai commencé la batterie la MJC de Lillebonne avec Gregory Lepretre, ensuite à lʼadolescence et ça pendant plusieurs années, jʼai eu un groupe, Papam Faya avec qui on fait plusieurs concerts, un album et en fait je me suis beaucoup formé en autodidacte à force de jouer, écouter, regarder.

Cʼest une des meilleures écoles.
La fibre artistique est-elle familliale ?
Oui complètement, jʼai une mère qui nous emmenait voir beaucoup de spectacles, des concerts, on a baigné dans la culture très jeune. Et mon père était musicien, il en a fait son métier, donc jʼai été voir beaucoup de ses concerts et jʼavais lʼhabitude dʼêtre en coulisses, de voir comment ça se passait derrière. Il mʼa transmit le goût de ça et ça a beaucoup contribué au fait dʼavoir envie de faire le même métier.
Comment es-tu arrivé au chant ? 
Petit à petit, déjà à la batterie je commençais à chanter un peu et quand mon 1ere groupe a évolué et changé de formation cʼest là où jʼai davantage pris le micro.
Jusquʼà aujourdʼhui où ma voix est mon instrument principal. Jʼai appris en audidacte à force de chanter, tester des choses et jʼai évolué surtout quand jʼai commencé à écrire mes propres chansons, à chanter mes propres mots. Jʼavais aussi fait quelques séances de coaching vocal avec une coach de Paris, Virginie Servaes.
Quels étaient à l’époque les artistes que tu appréciais et quels sont ceux que tu apprécies aujourd’hui ?
A lʼépoque j ‘écoutais beaucoup (et encore aujourdʼhui) Prince, Stevie Wonder, Michael Jackson, ce sont des génies, des créatifs sans limites. Aujourdʼhui jʼaime beaucoup les artistes comme Justin Timberlake, Bruno Mars, Ed Sheeran, jʼadore lʼapproche moderne et novatrice quʼils ont de la musique, ils osent des choses, cʼest très inspirant.
Où puises-tu ton inspiration pour l’écriture des textes de tes chansons ? 
Je mʼinspire de ce que je vis, de ce qui mʼentoure, je parle dʼamour sous différentes facettes, de chemin de vie, chanter cʼest une façon de dire ce que jʼai à dire. Nʼétant pas quelquʼun qui peut dire de ce quʼil ressent, je suis assez pudique là dessus, cʼest une façon de m‘exprimer.
Quel est ton processus de travail pour la composition de tes chansons ?
Au départ je compose avec ma guitare, jʼessaie des choses en cherchant des mélodies, des idées et je vois ce qui vient. Après je travaille beaucoup avec mon acolyte Romain Bredel qui est ingénieur son sur le projet et aussi mon directeur musical. Je peux arriver en studio avec une maquette assez bien avancée et on la peaufine ensemble, on bosse sur les compos, les prods etc. À dʼautres moments, jʼai juste un guitare-voix et on construit tout autour de ça. Pour lʼEP on a bossé comme ça de longs mois et on a finalisé et arrangé avec le reste de lʼéquipe. 
Peux tu nous présenter l’équipe qui tʼentoure ? 
Tu as démarré par des textes en anglais mais aujourd’hui tu varies entre le français et l’anglais, pourquoi cela ? 
Jʼai mis du temps à me mettre au français tout simplement parce que artistiquement je préférais chanter et écrire en anglais et je me voyais difficilement écrire en français juste pour écrire en français. Et un jour jʼai voulu sortir de ma zone de confort et tester des choses, voir ce que ça pouvait donner alors jʼy suis allé, timidement en mélangeant français et anglais, et ca a commencer à me plaire. Et jʼai rencontré Philippe Russo un musicien et directeur artistique qui mʼa fait sortir de ma zone de confort davantage et cʼest là ou je me suis mis a vraiment apprécié lʼexercice du français. Cʼest encore plus intimidant parce quʼon se dévoile plus en quelques sorte mais ça ouvre de nouveaux horizons pour la création cʼest top. Aujourdʼhui je ne me ferme plus, jʼécris comme ça vient selon lʼinspiration, quʼelle soit en français ou anglais.
Quels sont tes projets pour 2020? 
2020 est une année qui sʼannonce active. Déjà ce vendredi 31 janvier j’ai lʼimmense plaisir de faire lʼouverture du tendance live , jʼouvre pour des groupes comme Tryo, Deluxe les Frangines et bien dʼautres, ça va être énorme ! Et sinon le gros projet de ce début 2020 cʼest la sortie de mon EP «Chemical Love » le 14 février. Pour lʼoccasion on sera en concert au Magic Mirrors pour la release party, ça va être le feu !! On prépare un show aux petits oignons avec toute lʼéquipe, on peaufine dans les moindre détails pour proposer un beau moments au public. Et ensuite cʼest  faire vivre lʼEP sur scène et de faire résonner le projet de plus en plus. 

Tu as fait la 1ère partie de Julien Doré lors de l’un de ses passages dans la région, peux-tu nous parler de cette expérience ? 
Jʼai fait sa 1ère partie au Carré des Docks au Havre, et cʼétait tout simplement ouf ! Déjà, Julien Doré est quelquʼun de vraiment très sympa et humble, il mʼa mis tout de suite à lʼaise. Et de me retrouver devant 2000 personnes pour ma 1ere scène en solo avec un public génial cʼétait juste un des plus beaux moment sur scène. Ça nʼa fait que confirmer la direction que je voulais prendre et revivre ça encore et encore, je le remercie encore énormément pour ce cadeau. 
Comment définirais tu ta musique ?
Cʼest une grosse base de Pop teintée de sonorités assez modernes, soul, voire un peu urbaines aussi sur certains titres. 
Vis-tu uniquement de la musique ? 
Non pour le moment, pas encore mais jʼy travaille beaucoup.

As-tu fais des rencontres déterminantes dans ta carrière ?

Plusieurs, cʼest difficile dʼen citer que quelques unes parce quʼelles ont tous leur importance mais récemment il y a eu celle avec Julien Doré comme je le disais plus haut et aussi la rencontre avec mon équipe mais je pense aussi à toute les personnes qui me soutiennent et mʼaident dans le projet, sans eux tout ça ne serait pas possible. 
Peux tu nous présenter les 3 artistes de la région Havraise que tu apprécies ?
Alors il y a déjà Isabelle Letelier, une amie avec qui on a longtemps fait du théâtre, elle est écrivain et a écrit pas mal de livre sur Le Havre. Je pense aussi à mon pote Amadou Koulibaly qui a un projet musique aux couleurs hip-hop soul ! Et enfin ma sœur qui est dans lʼart plastique, elle peint, dessine et a deja exposé ces œuvres,  notamment à la mac de Lillebonne.

Entretien réalisé par Grégory Constantin janvier 2020

Aimez et aidez le boulevard des artistes en un coup de pouce 

ARTICLES CONCERNANT OCENG ORYEMA

EVENEMENTS CONCERNANT OCENG ORYEMA

2020-03-09T11:09:51+01:00