Juliette Richards est une artiste que vous avez peut-être croisé lors d’un concert de 13th Procession ou Family Three. La musicienne nous a accordé une interview 2 mois précisément avant la sortie de son premier titre sous le nom de White Velvet, Winter, qu’elle aura quelque peu dévoilé le 21 décembre en présentant le clip de la chanson que nous aurons le plaisir de partager sur notre site et chaîne Youtube. »

Bonjour, Juliette peux tu te présenter à nos lecteurs ?

Bonjour, je m’appelle Juliette et j’aime le chocolat noir 80%.

A quel âge et sur quel instrument as tu commencé à jouer de la musique ?

C’est un peu contradictoire pour une chanteuse, mais j’ai commencé par le saxophone. Mon premier professeur s’appelait Géraud Etrillard et il m’a donné mon premier cours de saxophone quand j’avais huit ans. C’est lui qui joue du saxophone sur mes chansons qui sortiront en 2019. Vingt ans plus tard précisément … je suis en train de le constater.

Quel sont les artistes que tu aimais étant jeune et quel sont ceux que tu apprécies aujourd’hui ?

Petite j’aimais surtout Jennifer. « J’attends l’amooooour » … c’était ma chanson préférée. Si on parle de quand j’avais huit ans ? Aujourd’hui et depuis toujours, j’aime par dessus tout Bjork. C’est la seule artiste qui traverse le temps dans mon iTunes. Sinon en ce moment, j’écoute beaucoup Andy Shauf et Parcels.

Après avoir participé et joué dans plusieurs formations, tu as formé ton premier projet personnel sous le nom White Velvet, pourquoi avoir choisi ce nom ?

C’est toujours compliqué de choisir son nom. Normalement on ne le choisit pas, on nous le donne. Il était nécessaire pour moi de choisir un nom qui soit différent de Juliette Richards. Parce que je sais qu’un projet musical c’est jamais juste une personne toute seule, projet personnel ou pas. J’ai donc cherché quelque chose qui me corresponde, mais qui puisse laisser de l’espace pour accueillir des amis. J’ai réuni ma principale caractéristique physique et mon tissu préféré. Ce qui donne mon nom d’Indienne si on estime que la musique est une immense tribu.

Quelle a été l’influence de tes précédents groupes et expériences pour ton album solo ?

J’ai beaucoup appris en faisait partie et en menant de front chaque projet. Aujourd’hui je sais que je sors plus forte de mon expérience et que rien n’a été fait vainement. Je construit ce nouveau projet toujours sans savoir comment on fait, mais en étant totalement certaine que c’est exactement cette musique que j’ai envie de jouer et de faire entendre sous le nom de White Velvet.

Aujourd’hui comment qualifies-tu ta musique ?

C’est difficile de faire rentrer la musique dans des cases mais je lui ai attribué la case de Pop baroque. Je ne sais absolument pas si cette case lui correspond. Il faudrait lui demander.

Quels sont les artistes qui t’accompagnent maintenant sur ce projet ?

En concert, je suis entourée de Maxime Liberge meneur de Mezzanine et excellent bassiste et de Gaétan Allard meneur de Solar Parachute et excellent batteur. En studio c’est le batteur de Nuit et excellent producteur musical Gaétan Lecalvez qui a réalisé les chansons et mon amie Pauline Denize, meneuse de son projet Denize et excellent violoniste a joué du violon. J’ai la chance d’avoir beaucoup d’amis qui excellent dans la musique. Donc cette utilisation du terme excellent n’est pas excessive.

J’aime bien l’idée que White Velvet soit un projet hybride.

Quels sont les sujets que tu aimes aborder dans tes chansons ?

Mon sujet de prédilection c’est l’amour … pour moi c’est le meilleur sujet de chansons. C’est certainement le sujet le plus abordé mais on ne s’en lasse jamais. Les chansons que j’aime parlent d’amour.

J’aborde aussi le sujet du temps. Le temps qui passe, les années. Je ne dirais pas que j’aime l’aborder mais c’est un sujet qui me taraude.

Tu es originaire du Havre, la ville a t-elle une influence dans ton écriture ou la composition de tes chansons ?

J’ai démarré mon projet en partant en résidence dans le cadre d’Un Été au Havre en 2017. Au départ mon idée était de mettre des sons du port dans mes chansons. En studio on a substitué les sons du port mais l’idée reste présente. La ville a, par conséquent, été un déclencheur de ce projet et l’ambiance maritime a clairement influencé l’écriture et la composition de mes chansons.

Tu écris tes textes en Anglais mais j’ai cependant trouvé sur ta page youtube une reprise d’un chanson d’Etienne Daho « Promesses ». Pourquoi avoir choisi ce titre et nous proposer cette jolie et surprenante interprétation ?

J’ai été sollicitée par le Musée André Malraux pour illustrer en musique l’exposition Clair Obscur de Pierre et Gilles en 2017. Il était question de jouer mes chansons composées pendant ma résidence et de reprendre des chansons d’artistes portraiturés par Pierre et Gilles. J’ai construit chaque chanson sur une rythmique fabriquée depuis des sons pris sur le port pour rester dans l’ambiance maritime de l’exposition et pour donner un résultat de ma résidence. Etienne Daho est un des artistes qui m’a aidée dans ma réconciliation au Français dans la musique. J’aime beaucoup ses chansons et j’ai choisi « Promesses » parce qu’elle parle de balades sur le port et qu’elle fait partie de son album La Notte, La Notte, dont la pochette a été faite par Pierre et Gilles.

J’ai été au concert d’Etienne Daho au 106 la semaine passée et il n’a pas joué ma chanson … cependant c’était un beau concert!

La scène semble être un axe majeur de ton projet. Comment prépares tu ces événements et quels sont les scènes de la région havraise que tu apprécies ?

On est en résidence en décembre pour préparer un premier concert. J’aimerais bien préparer un set que l’on pourrait adapter en fonction du lieu et du nombre de musiciens.

J’aime bien le Tetris qui propose un calendrier de concerts éclectiques dans un lieu joli et qui prend soin de nos oreilles. J’aime par dessus tout leur carafe d’eau en forme de chien. J’aime bien le Mc Daid’s dans un format plus petit et bien moins équipé pour les oreilles, mais qui permet d’accueillir beaucoup de musique indépendante, surtout depuis la création de Fake Live. J’ai énormément joué au Mc Daid’s et je pense que White Velvet risque de jouer encore beaucoup dans ce haut lieu de la musique en sous sol. Je déteste par dessus tout leur Carls.

J’aime beaucoup le Torture Garden … mais c’est un barbier.

Quels sont tes projets pour les mois à venir ?

Le clip du premier titre, Winter, sort le 21 décembre.

Pour terminer pourrais tu présenter 3 artistes de la région Havraise que tu apprécies ?

J’aime beaucoup Denize, Mezzanine et Pallanza. J’aime chaque projet musical comportant un z.

C’est pas beaucoup trois … j’aime beaucoup Nuit et Plaisirs. Ils font du bien.

Entretien réalisé par Grégory Constantin, Octobre 2018

Aimez et aidez le boulevard des artistes en un coup de pouce 

ARTICLES CONCERNANT WHITE VELVET

EVENEMENTS CONCERNANT WHITE VELVET

2018-12-21T23:44:16+00:00