Loading...

Ce mois-ci,  nous vous présentons « La Barbe » film lauréat 2015 du festival La Nuit du Court Métrage organisé par les Ancres Noir.  Frank Lesniak et Jean-Marc Touttain, les réalisateurs de ce film, ont bien voulu répondre à nos questions et nous dévoiler quelques secrets et anecdotes du tournage.

Bonjour Jean-Marc, bonjour Frank, revenons quelques années en arrière et dépoussiérons l’armoire à souvenirs de votre court métrage « La Barbe »:  qui est à l’origine de cette histoire ?

JM : J’ai écrit le synopsis comme s’il s’agissait d’une pièce de théâtre, construisant l’histoire sur l’importance des dialogues ( avec plein de gros mots )… du coup les images se sont imposées d’elles mêmes .

Comment vous êtes-vous répartis les rôles pour la réalisation de ce projet ?

JM: Frank c’est la technique et le matos : cadreur, photo, son, montage et en plus comédien (il adore ça) mais en fait, on communique et on échange beaucoup sur les moyens de réaliser au mieux nos projets. Hélas, avec nos faibles moyens, on se voit souvent obligé de  composer avec, de faire des concessions sur nos envies premières .

Avez-vous eu des sources d’inspirations pour l’écriture du scénario ?

JM:  Bien évidemment,  j’ai beaucoup d’affection pour le cinéma de genre : les films « noirs » des années 50 /60 entre-autres et leurs  grands dialoguistes.

Quel a été le rôle, au niveau technique, de Jean-Marc lors du tournage ?

JM: Le rôle du metteur en scène, un regard sur le cadrage, une “ direction d’acteurs” et j’ai parfois tenté d’imposer certains plans particuliers !

Pourquoi avoir choisi le noir et blanc pour tourner ce film ?

FL: C’est un peu par rapport aux codes cinématographiques pour ce genre de film et un certain esthétisme.

JM: Il me paraissait inconcevable de filmer ça autrement, de part le sujet et les références dont je vous ai déjà parlé .

Le film est assez court : 4’25. Combien de temps et quel matériel faut-il pour tourner un court métrage comme celui-ci ?

FL: Juste une petite unité de tournage, de quoi prendre le son (un aspect à ne surtout pas négliger) et un peu de lumière.

Pour un court comme celui-ci, c’est environ 3 jours de tournage.

Même si il est préférable d’avoir un matériel de bonne qualité, l’essentiel dans un film c’est avant tout l’histoire.  Je préfère voir un film, même tourné au téléphone portable, avec une bonne histoire, qu’un film avec de très belles images où il n’y a que ça.

 
Faut-il avoir dans son casting Evelyne Deschamps pour remporter le festival (Evelyne est  également au générique du film « Elle Hache » lauréat 2017) ?

FL: C’est indispensable  !!!

JM: Le rôle était pour elle, dès le départ, à l’écriture , pour la remercier d’avoir été si souvent ma « femme » au théâtre et avant tout parce qu’elle est une formidable comédienne … Aussi parce qu’elle voulait se confronter à la caméra , habituée qu’elle était des plateaux de théâtre !

Vous apparaissez tous les deux dans le film, est-ce un choix ou par manque de comédiens et figurants ?

JM: Frank est aussi comédien, il aurait été dommage qu’il n’apparaisse pas dans ce projet commun …. D’autant plus qu’effectivement ça nous simplifie les problèmes de disponibilités d’éventuels comédiens supplémentaires … Sur un tournage récent, Frank s’est auto-filmé tout en jouant la scène … On va passer pour des rapiats … En même temps, personne n’est payé !

FL: C’est surtout par choix, j’avais envie de faire un pied de nez au monde du cinéma où chacun doit tenir une place bien précise et qui ne conçoit pas que l’on puisse être à la fois du côté technique et artistique.

Quelles sont vos motivations pour réaliser un court métrage ?

FL: L’envie, la passion du cinéma et s’amuser bien entendu !

JM: En ce qui me concerne , c’est réaliser un vieux rêve de jeunesse… Faire du cinéma ! Et même si on le fait avec les moyens du bord,  on en retire pas moins une grande satisfaction et une belle débauche d’énergie, il faut le dire !

Vous avez participé et remporté le festival La Nuit du Court Métrage 2015, quelles sont les formalités pour y participer ?

JM: Remplir la fiche d’inscription , coller au thème et livrer son film dans les délais …. et espérer !

Avez vous eu besoin d’aides extérieures pour la production et la réalisation du film ?

JM: Aucun apport financier (ni d’ailleurs de dépenses), mais l’aide de beaucoup d’ami(e)s proches, comédien(ne)s, assistant(e)s.

FL: Les aides extérieures se situent plutôt dans le prêt de matériel (Studio Ellipse) et la mise à disposition de lieux (Théâtre du Tux Hinor et théâtre de l’Impossible).

Allez-vous participé au festival 2018 ?

FL: Pour ma part oui, avec une participation de  2 ou 3 court-métrages comme chef-op.

JM: Je ne sais pas encore.  J’ai un projet mais j’ignore encore, à cette heure, s’il sera prêt pour cette édition … Il se peut que j’apparaisse dans certains courts mais rien n’est moins sûr…

Pour terminer, pouvez-vous me présenter vos 3 artistes de la région Havraise ?

JM: Place aux jeunes ….. Graphisme: Malte… Musique: Yoan Schumacher  et Théâtre: Gaétan Bellanger ….. des jeunots tout plein de talents !!!

Entretien réalisé par Grégory Constantin  Mars 2018

Aimez et aidez le boulevard des artistes en un coup de pouce 

ARTICLES CONCERNANT FRANK LESNIAK ET JEAN-MARC TOUTTAIN

EVENEMENTS CONCERNANT FRANK LESNIAK ET JEAN-MARC TOUTTAIN

2018-05-21T21:24:28+00:00