Distillery, c’est un groupe au son ravageur et à l’énergie débordante qui enflamme les scènes du Havre et de sa région depuis 2014. Après leur premier album LH Overdrive sorti en 2016, accompagné d’un clip pour le morceau Prisoner of Rock N’Roll, Distillery prépare un nouvel album qui verra le jour en 2019. Nous nous sommes entretenus avec les membres du groupe pour discuter autour de leur nouvel album et de l’histoire de la formation. 

Comment le groupe Distillery a-t-il été créé ?

Il est né de 4 musiciens qui jouaient dans le groupe Havrais de pop rock YAPA et d’une rencontre avec d’autres amis,  tous ayant envie de faire un petit groupe entre copains pour faire des reprise d’ACDC et autres en 2013. Finalement, nous nous sommes orientés vers des compos très rapidement. En 6 mois, nous avions au moins 6 titres. On a laissé prendre la mayonnaise toute seule et elle a bien pris après quelques petits concerts pendant l’année. Avant tout, les motivations principales étaient, et sont toujours, l’amitié et le Rock’n Roll 🙂

Comment définiriez-vous le style du groupe et qu’est-ce qui définit ce style de musique selon vous ?

Au début, plutôt blues-rock, et maintenant, certainement plus Hard Rock, même si on a quelques morceaux « cool » dans notre répertoire. Dans nos dernières compos, nous avons pas mal de connotations « ACDC » qui est notre terrain d’entente commun initial dans le jeu de guitare, mais aussi un peu « stoner ». D’ailleurs, au delà de la musique, c’est particulièrement le grain du chant qui fait ce que Distillery est aujourd’hui! Il nous est difficile de nous catégoriser nous même, mais ce que l’on sait c’est que partout où on joue, enfants, ados, adultes où grand mères nous lâchent de temps en tant un peu de Headbanging!  Pour conclure, parce qu’il faut parler aussi de notre image qui évoque de manière explicite notre amour pour JACK, le qualitatif que nous mettons en avant est « Whiskey Music »

Quelles sont vos principales influences ?

Multiples: AC DC, Motorhead, Metallica, Thin Lizzy, Iron Maiden, Black Stone Cherry, Rainbow, Uriah Heep, Monster Truck, Rival Sons, Megadeth.

Vous avez sorti votre premier album « LH Overdrive » en 2016, seulement deux ans après la naissance du groupe. Comment s’est passée la création de cet album ?

On a composé 2 morceaux, tous ensemble et puis j’ai (John) commencé à proposer des riffs/morceaux dans l’esprit. Finalement, on s’est vite retrouvé avec 8 morceaux. Ce n’était pas forcé, ni dans une volonté de ressembler à quoi que ce soit, tout venait de nos inspirations et du cœur sans prétention. Nos premières scènes ont confirmé que, globalement, les morceaux marchaient plutôt bien en live. J’ai auto-produit l’album avec les moyens du bord, n’étant pas du métier, mais ayant un poil d’expérience de mon passage dans le metal pendant plus de 15 ans. J’ai cherché à sonner comme en live parce que c’est là que l’on s’éclate le plus.

Vous avez réalisé un clip vidéo pour le titre Prisoner of Rock n’Roll. Comment s’est déroulée la conception et le tournage de ce clip et pourquoi avoir choisi ce titre en particulier ?

C’est un excellent souvenir pour 3 raisons principalement: Les potes qui nous ont soutenus (spéciale dédicace à Anthony pour sa Harley et Dodoss notre « acteur » principal), Migou qui nous a proposé de produire le projet pour un montant qui ressemblait plus à un cadeau qu’à une vraie facture et pour l’engouement que cela a suscité chez nous mais aussi chez nos proches qui nous supportent et suivent. Ce titre est celui  qui nous représentait le plus en 2016 et dans lequel chacun a participé de manière équitable dans la création et parecequ’on avait le sentiment que parmi tous les titres de l’album c’était le plus fédérateur.

Vous avez déjà un grand nombre de concerts à votre actif, quel est/quels sont vos meilleurs souvenirs sur scène ?

Les souvenirs sont autant sur scène qu’autour. Nous avons fait d’excellentes rencontres avec d’autres groupes, avec d’excellents ingés son et nous avons aussi joué dans des endroit improbables! Je pense qu’individuellement  nous avons chacun nos meilleurs souvenirs mais je ne pense pas trop me tromper si je dis que notre prestation au BBC à Caen pour le tremplin « Emerganza » en mars 2017 a été un de nos meilleurs moment de scène : une putain de salle, du bon matos et des potes parmi les 200-300 personnes qui sont venues nous voir.  Personnellement, je garde aussi un excellent souvenir de notre concert en décembre 2017 à Goderville. Nous avions malheureusement perdu 2 guitaristes peu de temps avant et on a du, malgré tout, assurer ce concert à 4 uniquement. C’est là que nous nous sommes rendus compte que notre musique comptait pour nous et qu’on était prêt à surpasser les galères pour s’éclater sur scène!

Entre les concerts, l’enregistrement d’un album où encore les moments de vie avec le groupe (entre autre), quels sont les aspects de la vie de musicien qui vous plaisent le plus ?

L’apéro :). Blague à part, nous sommes copains dans la musique mais dans la vie aussi. Nous avons l’occasion de nous voir assez souvent et notre amitié compte avant tout.

La composition de votre groupe a changé en 2017 avec le départ de deux de vos guitaristes, et l’arrivée de Damien à la guitare. Comment le fait de passer de trois à deux guitares a-t-il modifié votre façon de jouer et de composer ?

Très facilement. Damien est un excellent guitariste avec des racines musicales très similaires aux nôtres. Il est vraiment dans l’esprit du groupe et a une expérience guitaristique impressionnante. Nous avons dû simplifier certains morceaux en live mais, globalement, cela sonne vraiment plus précis et ça nous va très bien (c’est en tout cas le retour du public qui nous suit).

Votre tout nouvel album va sortir dans quelques mois. Que pouvez-vous nous dire sur ce projet qui va voir le jour ? (ndlr Interview réalsié en Juin 2018)

On essaie de cibler Février ou Mars 2019. A l’heure de cette interview batteries et guitares sont enregistrées. Le disque va marquer je pense une évolution du groupe dans la construction des morceaux. Nous cherchons aussi à faire quelques chose de plus professionnel dans le son, grâce notamment à Damien qui fait la production. Comme pour l’album de 2016, nous n’inventons, finalement, pas grand chose dans la musique, mais nous composons avec ce que l’on aime écouter et jouer. L’arrivée de Damien fera sonner l’album plus péchu encore que le précédent.

Des concerts sont déjà prévus pour accompagner la sortie de cet album ?

Pas encore vraiment, nous allons réfléchir à un projet pour la sortie du disque comme on l’a fait en 2016 (soirée dédiée dans une salle du Havre de 200-300 personnes). Nous allons aussi préparer un nouveau clip pour accompagner tout cela!

Quels sont vos projets pour le futur ?

Continuer à se faire plaisir et faire plaisir aux gens. Nous serions heureux d’avoir accès prochainement à des festivals de plus grandes envergures en 2019 par rapport à ce que l’on a pu faire jusque là.

Enfin, pouvez-vous nous présenter 3 artistes de la région Havraise que vous appréciez particulièrement ?

Au moins 2: KAABAHL, Dirty dogs, Dawn of Dystopia » et tous les groupes des potes qu’on peux pas citer.

Entretien réalisé par Julien Biardeau, Juin 2018

Aimez et aidez le boulevard des artistes en un coup de pouce 

ARTICLES CONCERNANT DISTILLERY

EVENEMENTS CONCERNANT DISTILLERY

2018-10-05T08:02:19+00:00